Quelques explications sur les masques

punu_masque_du_gabon

Okouyi c’est le nom du masque et si elle porte le nom de okouyi c’est par ce que okouyi. C’est le non de l’esprit, et lorsqu’il danse c’est l’esprit qui danse, dans la tradition Gabonaise, l’okouyi ne danse pas à n’importe quelle moment, l’okouyi danse lors des mariages, des naissance ou des deuils c’est a ces occasions que le masque danse.masques_pounou_4p

Au Gabon le masque est un porteur de message c’est l’esprit de la forêt qui vient au village pour apportez des message aux hommes, et c’est une tradition millénaire.

Dans la capitale libreviloise elle permet des rencontres et des échanges culturels. Dans la ville, c’est un rite initiatique réservez aux hommes et c’est un rite de passage a l’adulte pour les jeunes ados. Ce rite consiste a donnez une certaine Education : les garçons sont considéré comme les futurs hommes du village qui eux prendrons la relève après les plus agés.

Dans les neuf province du Gabon on retrouve différents rites de danse du masque. Il y a plusieurs appellations selon les ville ou les villages.

Au Gabon, dans le bassin de la Ngounié, le mukuyi commémore les défunts. Monté sur d'immenses échasses, un danseur masqué, dont le corps se dissimule sous un vêtement en tissu -autrefois en raphia- exécute des figures acrobatiques tout en brandissant de chaque main un chasse-mouches. Les masques du mukuyi sont censés représenter des ancêtres, parfois féminins. Le visage énigmatique du masque est légérement triangulaire. Sous les yeux clos, étirés en amande, et comme gonflés par le sommeil, les pommettes haut placées s'arrondissent. Le nombre et la disposition des scarifications varient d'un style ou d'une ethnie à l'autre. Le motif le plus courant, en forme d'écailles, comprend neuf losanges. Ce signe distinctif, nommé mabinda, était gravé dans la chair des enfants, vers l'âge de dix à quatorze ans.

masque_kweleLe masque en cœur kwélé

Ces masques Kwélé sont appelés ekuk. Ils sont plats, avec des yeux incisés, souvent de couleur blanche en forme de coeur, un nez triangulaire et des yeux en forme de grain de café. Ces masques accrochés dans les maisons étaient rarement portés durant les cérémonies d'initiation du culte des bwété. Leur fonction était d'animer un village afin d'activer les forces bénéfiques habitant le bwété.